Les sorcières 80’s d’Argento

Le dernier volet de la trilogie des « mères » d’Argento se termine avec la « madre lacrimarum », à Rome. Il s’agit de la plus cruelle des trois, de la plus belle aussi. Son arrivée était très attendue par les amateurs. De plus, c’est la sombre et splendide fille du maestro qui s’y fait malmener dans le rôle principal, ce qui n’est pas pour déplaire.

Qu’est-ce qu’on a rit!

Ce film est du pur Argento garanti « trente ans d’age »! Exactement comme avant, mais avec la technique d’aujourd’hui (c’est à dire que le sang coule toujours à flot, mais il n’est plus de couleur orange).

Après le talentueux « Jenifer », j’avoue que je m’attendais à… autre chose. Néanmoins, ça plait, on s’amuse, on crie, on applaudit devant les chapelets de tripes révélés par des « vilaines sorcières ».

Bref, du bonheur à regarder entre potes. Avec des bières.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :