pourquoi?

Je viens de lire un article sur l’intéressant site « sci-fi universe » qui me sidère. John Erick Dowdle est en train de réalisé « quarantine » qui n’est autre que… la version américaine de « rec ». Pourquoi? Pourquoi doivent-ils toujours faire des remake des bons films (d’autant plus que « rec » n’est pas encore sur nos écrans)? N’ont-ils pas de personnes qui peuvent doubler ou sous-titrer les films étrangers?

Aargh, puisque c’est comme ça, j’inaugure une nouvelle catégorie: « ah mais c’est pas vrai! » (qu’il faut prononcer avec agacement)

Publicités

4 Réponses to “pourquoi?”

  1. Le cas n’est pas neuf. Il suffit de voir les divers remakes américains de films à succès: le très bon Ouvre les yeux d’Amenabar remaké en Vanilla sky, Infernal Affairs transformé en Infiltrés, la vague de films de trouille japonais (The Grudge, The ring, Dark water), etc etc.
    Même le récent Funny Games US qui est un copié-collé de la version d’origine, par le réalisateur original.

    Quant au pourquoi, je te copie-colle (ou je te remake, c’est comme tu veux ^^) ce que j’en dis sur un forum cinéma.

    Si les distributeurs proposaient des films « étrangers », je ne suis pas sûr que le public américain ne s’y intéresserait pas. Mais alors, les studios US devraient accepter cette concurrence et essayer de pousser leurs propres films vers le haut pour attirer le spectateur. Une dynamique positive. Tenter de surenchérir dans la qualité. Jouer le jeu, en un mot.
    Or c’est un peu le contraire qui arrive.
    Racheter l’idée/concept/film et le refaire à sa sauce. Avec comme résultat que dans 90% des cas, les spectateurs américains ne connaissent (ou du moins, ne voient) que la version « domestique » du film en question.

    Triste. Et dans le cas de REC, très voyant.

    Bon, selon moi, on retrouve également dans cet état de fait un indice d’une déformation comportementale étrange (et à l’échelle de la société) selon laquelle un film n’est « officiellement » reconnu et catégorisé par les USA (voire par la société occidentale dans son extension) comme un objet artistique présentant un intérêt culturel qu’après avoir été « américanisé ».
    Bon, j’exagère peut-être, mais parfois, c’est l’impression que j’ai.

    C’est d’autant plus triste qu’avec la forte communauté latino présente au USA, REC avait toute ses chances de succès (et en VO, encore!) sans passer par un remake.

  2. proserpine Says:

    Merci pour ton intervention! Je pense que c’est exactement ça. C’est assez désolant! D’autant plus, qu’effectivement, ils auraient pu miser sur la population latino. Le problème de l’ouverture sur le monde est assez significatif. Le cinéma en est un bon exemple.

  3. xanderross Says:

    Cela dit, l’idée du remake de REC ne vient pas des américains, mais des deux réalisateurs, en somme Balaguero et Plaza on décidé de produire le remake pour le marché amércain car ils savent très bien que les américains sont très frileux aux films étrangers.

    Après tout, il y à quelques remakes qui dépassent des fois le modèle original, comme ce fut le cas pour Ring, alors que la version japonaise était chiante à mourir, la version américaine apportait beaucoup plus de tension.

    Mais c’est vrai que la mode des remakes US commence à devenir de plus en plus relou.

  4. proserpine Says:

    Je préférais le « ring » japonais… L’ambiance de certains films asiatiques donne un goût de mystère aux films de genre.
    C’est dingue que ce soit les réalisateurs eux-mêmes qui ont pris cette décevante décision. Peut-être veulent-ils s’assurer une retraite?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :